Conseils et techniques de vélo de montagne

L’amélioration de vos techniques de vélo de montagne n’est peut-être pas la formation la plus excitante, mais c’est la partie la plus importante du vélo en dehors des descentes noueuses. Améliorer la façon dont vous roulez n’est pas seulement votre performance personnelle, mais tirer le meilleur parti de votre vélo à la fois sur la piste et la longévité de votre vélo.

D’abord mon astuce universelle, levez-vous sur les descentes et asseyez-vous sur les montées. Au début, cela contrecarre vos instincts.

S’asseoir pendant l’escalade est l’un des premiers conseils de vélo de montagne à suivre. Lorsque vous étiez enfant et que vous vous êtes rendu sur une colline, vous vous êtes levé pour appliquer plus de force aux pédales. C’était correct sur votre Huffy, mais les vélos de montagne n’ont pas besoin de la force supplémentaire lorsque vous êtes dans le bon rapport. En fait, la force supplémentaire couple la chaîne et tend les composants et finit par casser votre vélo. De plus, vous voulez que la plupart de votre poids tombe sur votre roue arrière. Rappelez-vous de faire tourner le pneu arrière lorsque vous vous êtes levé enfant? Vous gaspilliez de l’énergie. Gardez votre centre de gravité sur la roue arrière en gardant vos fesses dans le siège.

En descente, il est important de se tenir debout correctement. Vous voulez être équilibré et si vous frappez un rocher, vous voulez que votre corps soit prêt à faire des ajustements pour ne pas tomber. Gardez vos pieds même sur les pédales menant avec le pied le plus confortable. Restez lâche, alors que vous rebondissez, vous absorbez les bosses et les bousculades de votre vélo. Si vous êtes rigide, votre vélo vous décevra probablement.

Ma deuxième astuce universelle, le bon engrenage au bon moment. Ayez toujours le bon équipement sélectionné avant de commencer la montée. Si vous êtes un débutant, rétrogradez tôt et rétrogradez plus de vitesses que prévu. Vous voulez continuer sur votre lancée et maintenir la cadence de la pédale. La meilleure façon de le faire est de passer rapidement à l’équipement de grand-mère, puis de remonter avec élan.

En tant que débutant, soyez dans le rapport avant le plus bas pour 95% + de votre trajet. Vous n’aurez pas vraiment besoin du milieu et certainement pas des vitesses supérieures. Cela vous évitera d’avoir à penser au changement de vitesse à l’avant et à l’arrière, juste à l’arrière. Avec 7 à 9 vitesses, vous aurez suffisamment de choix pour à peu près tout ce que vous abordez. Quant à un intermédiaire ou avancé, restez dans le train avant moyen. Je le garde au milieu, sauf si je sais que je grimpe de 200 à 300 pieds, alors il n’y a pas de honte dans l’équipement de grand-mère.

Lorsque vous grimpez, il est important de réduire votre fréquence cardiaque. L’un des premiers conseils que quelqu’un m’a recommandé était de garder les yeux baissés sur la montée. Lorsque vous regardez au sommet de la colline, vous augmentez votre niveau d’anxiété et, par conséquent, votre fréquence cardiaque. Gardez les yeux sur votre ligne et à 10 pieds devant vous, et ne jetez qu’un coup d’œil modeste vers le haut. Vous y arriverez assez tôt, vous n’avez donc pas besoin d’ajouter du stress.

Votre vélo va où vous regardez, et le VTT, c’est comme conduire une voiture. Vous ne regardez pas le sol sur lequel vous conduisez, mais regardez vers l’avenir. Faites de même avec le VTT. Choisissez où vous voulez aller en regardant de 15 à 20 pieds devant vous. Choisissez votre ligne et faites confiance à votre instinct. Si vous voyez un obstacle, choisissez comment vous le contournez ou surmontez-le, mais ne vous fixez pas sur l’obstacle lorsque vous vous en approchez. Sinon, vous le frapperez.

Si vous descendez une pente très raide, penchez-vous en arrière sur votre roue arrière avec votre ventre sur le siège. Cela vous donne une stabilité supplémentaire lorsque vous atteignez des descentes à 60 degrés et ne retournez pas sur votre guidon. En règle générale, vous n’aurez pas besoin de le faire, sauf si vous êtes sur une descente très raide. Cette technique d’équitation demande beaucoup de pratique pour clouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *